l'instant précis où les destins s'entremêlent

L’instant précis où les destins s’entremêlent de Angélique Barbérat

Editions: Michel Lafon

428  pages

Paru le 16  janvier 2014

Aperçu : Une tache rouge sombre sur l’oreiller, juste sous les cheveux de sa maman morte sous les coups de son mari, le père de Kyle : voilà ce que le petit garçon a vu, à cinq ans… Comment peut-on vivre après cela ? Kyle se lance à cœur perdu dans la musique, que sa mère aimait tant… Vingt ans après le crime, leader d’un groupe rock à la mode, il est célèbre dans le monde entier. Mais inapte au bonheur.  Coryn, seule fille d’une fratrie de onze enfants, est tombée dans le piège ourdi par son père pour la sortir de la misère : épouser un homme riche, « fou amoureux » d’elle. Surtout fou. D’une jalousie maladive, d’une violence inouïe, il lui fait trois enfants et la coupe du reste du monde. Tous ses rêves se sont envolés. Comment cette star internationale et cette prisonnière pourraient-elles se rencontrer ? Un accident de voiture va pourtant les réunir un instant, celui où les destins s’entremêlent. C’est suffisant pour qu’ils se «reconnaissent » sans bien savoir pourquoi et se laissent attirer dans une toile amoureuse tissée au jour le jour, malgré l’éloignement, la peur pour elle et, pour lui, l’emprise d’un métier dévorant. Parviendront-ils à vivre ce que leurs sentiments leur inspirent ?

Mon commentaire général : il m'aura manqué un petit quelque chose...

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : «Les relations sont-elles plus fortes quand on sait que le temps imparti est court et déterminé ?»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

A peine commencé, déjà lu ! J’ai ouvert et terminé ce roman dans la journée, ce qui mérite d’être mentionné. Les chapitres sont courts et donnent envie d’enchainer, de savoir si la roue de la Chance va enfin tourner pour les protagonistes qui n’ont pas été gâtés par la vie, et c’est rien de le dire.

Les thèmes abordés y sont pour beaucoup. L’auteure dépeint (malheureusement) parfaitement bien la violence conjugale et ses conséquences, mettant en lumière les vies brisées par ce comportement encore beaucoup trop répandu et trop tabou.

Par conséquent, les émotions des personnages sont intenses et il est difficile de rester insensible à leur sort. On tremble, on espère, on croise les doigts... jusqu’à la fin, sur laquelle je reviendrai.

Pourtant, malgré tous ces bons points, je n’ai pas eu le coup de cœur que j’espérais (peut-être parce que je l’espérais ?). Je pense que d’une part, la narration à la troisième personne n’aide pas énormément à l’identification. Même si le lecteur connait les pensées de chaque personnage, il aurait probablement été plus vivant de leur donner une voix, plutôt que de rester simple spectateur du récit. Du coup, je n’ai probablement été aussi touchée que j’aurais pu l’être.

Ensuite, le rythme de l’histoire n’est pas toujours égal. On peut rester plusieurs chapitres sur 24h alors que la fin connait une ellipse temporelle qui nous raconte a posteriori les faits que l’on a attendu tout le reste du livre ! C’est vraiment dommage ! C’est aussi probablement ce qui fait que je n’ai pas été vraiment touchée par un fait dramatique qui est raconté en trois lignes dans l’épilogue alors qu’il aurait pu me tirer des larmes s’il avait été plus développé...

Par conséquent, j’ai l’impression d’être restée un peu en dehors de cette histoire, pourtant touchante, et ça m’ennuie parce que le fond de l’histoire est bien traité et bien documenté.

C’est néanmoins un livre que je recommanderai.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je suis terriblement mitigée en écrivant cette chronique. Ce roman avait tous les ingrédients pour me plaire et quand la mayonnaise ne prend pas, je me pose plein de questions, surtout quand je lis tout un tas d’avis positifs sur le roman en question.

La romance, tout d’abord, est juste. Coryn et Kyle sont immédiatement attirés l’un par l’autre mais vont devoir se battre (littéralement dans le cas de Coryn) pour pouvoir vivre leur amour au grand jour. Les sentiments sont beaux et simples. J’ai espéré qu’ils parviennent enfin à s’aimer comme ils le méritent, sans drame ni violence. Malheureusement, leur temps ensemble est malheureusement compté. Pourquoi tant de haine ? N’ont-ils pas suffisamment souffert pour ajouter une leucémie foudroyante au tableau ? Je n’ai pas vraiment compris ce parti pris, qui me semble juste là pour ajouter du dramatique au dramatique (alors qu’on avait déjà été bien servis). D’autant que leur mariage, la naissance de leur enfant et la mort de Kyle n’ont droit qu’à trois paragraphes dans l’épilogue...

La violence conjugale constitue également une excellente trame de fond. Coryn la subit, Kyle en a été un témoin impuissant. En sauvant Coryn, Kyle le fait-il par amour pour la jeune femme ou par culpabilité envers sa mère ? J’ai globalement trouvé que l’horreur vécue par les femmes battues étaient très bien retranscrite et que pour cette seule raison, ce roman devrait être mis entre toutes les mains : féminines pour que chacune sache reconnaitre la violence pour ce qu’elle est et masculines pour que chacun sache reconnaitre les signes dans son entourage. Le seul point que j’ai déploré est que c’est grâce à la Chance que Coryn est finalement débarrassée de Jack et que l’histoire aurait gagné en intensité si cet odieux personnage (que j’ai adoré détester) était resté en vie, comme une menace constante (car c’est la triste réalité des femmes qui osent quitter leurs conjoints violents).

J’ai enfin eu un peu de mal avec les saintes Coïncidences, la Chance et autres concepts... Si la chance y est pour beaucoup dans la rencontre de Coryn et Kyle, ce n’est qu’à son courage et à sa volonté que la jeune femme doit son bonheur retrouvé et non pas grâce à une puissance supérieure. C’est un message qui me semble important à souligner dans le cas de la violence conjugale. Je n’ai de plus pas vraiment compris où l’auteure voulait en venir avec les araignées. C’est peut-être parce que je suis arachnophobe mais certains paragraphes mettant en scène les insectes m’ont paru un peu sortis de nulle part.

En résumé, il m’aura manqué un petit quelque chose pour vraiment apprécier ce roman que j’ai pourtant lu d’une traite. Toi aussi, tu trouves ça bizarre ? Contradiction quand tu nous tiens...

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Assisteras-tu au choc de la rencontre entre Coryn et Kyle ?

Dis-le moi en commentaire.

ABC 2016