un jour

Un jour de David Nicholls

Editions: 10-18

620  pages

Paru le 2 février 2012

Aperçu : Lui, Dexter, issu d'un milieu aisé, séduisant, sûr de lui, insouciant. Elle, Emma, d'origine modeste, charmante qui s'ignore, bourrée de complexes, de principes et de convictions. Nous sommes le 15 juillet 1988. Margaret Thatcher est au pouvoir, la new wave bat son plein, Dexter et Emma viennent de passer une nuit ensemble. Ces deux-là ne le savent pas encore mais ils ont vécu un coup de foudre. D'année en année, Dexter et Emma vont se chercher, se perdre, s'aimer, se détester, se séparer, et finir par comprendre qu'ils ne sont jamais aussi heureux que lorsqu'ils sont ensemble. Nous sommes le 15 juillet 2004. Tony Blair est Premier ministre, Robbie Williams cartonne et la vie, la vie qui va, réserve encore bien des surprises...

 

 

 

 

Mon commentaire général : un roman dont je me souviendrai toujours !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : «Parce que nous c’est... spécial. On est amis pour la vie ! Dex et Em, Em et Dex.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Ce roman porte vraiment bien son nom.

Tout d’abord parce que le récit est construit de façon très originale : chaque chapitre se passe le 15 juillet, de 1988 à 2007. Le lecteur doit donc reconstituer le fil de ce qui s’est passé pendant l’année entière qui s’est écoulée entre deux chapitres, devinant par les situations ou les dialogues comment les personnages ont évolué dans ce laps de temps. Pourquoi le 15 juillet ? Parce Emma et Dexter, les protagonistes, se sont rencontrés le 15 juillet 1988. A partir de là, ils vont s’aimer, se détester, s’éloigner pour mieux revenir l’un vers l’autre.

Mais loin d’être uniquement une romance, ce livre raconte aussi un chemin de vie. De jeunes adultes, les personnages grandissent sous nos yeux. Ils doivent faire des choix, prendre des décisions parfois douloureuses, s’orienter, se trouver. D’où le deuxième sens du titre. « Un jour », ils seront ensemble. « Un jour » ils trouveront leur voie. Mais pas tout de suite.

C’est ce que j’ai aimé dans ce roman. J’ai eu l’impression que je connaissais Dexter et Emma, qu’ils pourraient faire partie de mes amis ou connaissances. Ce sont des gens ordinaires, qui n’ont ni super-pouvoirs ni talents quelconque. Ils souhaitent juste trouver leur place, vivre heureux et parfois ils se perdent en chemin, ils se trompent, ils font des erreurs. En deux mots : ils vivent.

Sur presque 700 pages, ce roman m’a donc fait vivre en accéléré presque deux décennies entre insouciance et égoïsme, bonheur et catastrophes, jeunesse et raison. Malgré quelques longueurs, j’ai dévoré cette jolie histoire, d’amour bien sûr, mais surtout de vie.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Ce sont clairement Emma et Dexter qui portent l’histoire sur leurs épaules, ce qui est plutôt normal puisqu’il s’agit de leur histoire : comment ils se rencontrent, passent de l’amitié à l’amour (et d’ailleurs, y a-t-il vraiment une phase d’amitié entre eux ? Ou est-ce la peur qui les pousse à s’éviter ?) puis rencontrent des difficultés de couple, jusqu’à la fin déchirante.

Il est facile de s’attacher à Emma, à la fois rêveuse et raisonnée, gaffeuse, sympathique. On la voit grandir, réaliser que la vie n’est pas un conte de fées, avant de parvenir à accomplir ses rêves. J’ai aimé son côté fragile, sa façon de déguiser ses émotions par de l’humour. J’ai grimacé quand sa vie basculait dans le sordide (la liaison avec son directeur sur la moquette de son bureau était vraiment glauque). J’ai surtout reconnu certaines situations de la vie de tous les jours : les galères de petits boulots mal payés, les questionnements sur la vie de couple… Emma pourrait être mon amie ou ma voisine. Elle est accessible et c’est ce qui la rend touchante.

Dexter, au contraire, parait tout à fait détestable. Il est égoïste et frivole. Il se laisse entrainer dans l’alcool et la drogue, berné par la célébrité. Pourtant, je n’ai pas réussi à le détester car je crois que toutes ces erreurs sont la manifestation de sa sensibilité. Il n’a pas su gérer son chagrin après la mort de sa mère, ni après celle d’Emma. Son comportement est un appel au secours, celui de quelqu’un qui ne sait pas qui il est et qui a besoin de se sentir important dans le regard des autres. Mais ce n’est pas le vrai Dexter. La preuve en est qu’il n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il est propriétaire de son commerce, amoureux d’Emma et un bon père pour Jasmine. C’est pourquoi Dexter aussi m’a touchée, à sa façon.

C’est ce que je retiendrai de ce livre. De la fraicheur, de l’humour, du désespoir aussi, et une jolie romance qui se construit dans le temps.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Vas-tu partager la vie d’Emma et Dexter ?

Dis-le moi en commentaire.

ABC 2016