respire

Ten Tiny Breaths, tome 1 : Respire de K.A. Tucker

Editions: Hugo New Romance

359 pages

Paru le 5 février 2015

Aperçu : À à peine 20 ans, la vie de Kacey bascule dans la tragédie : ses parents, sa meilleure amie et son copain meurent dans un accident de voiture. Elle est la seule survivante de la famille, avec sa sœur Livie qui n'était heureusement pas avec eux ce jour-là. Alors qu'elles sont confiées à la garde d'un oncle et d'une tante peu scrupuleux, Kacey décide de prendre sa vie et celle de sa sœur, en main. Ensemble elles vont tenter de se reconstruire à l'autre bout du pays, en Floride.

 

Mon commentaire général : je n’ai respiré que pour cette histoire durant toute ma lecture

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : «J’ai beau me dire que je suis insensible, je sens que lorsque je ris, mon cœur bat un peu plus vite et mes épaules sont un peu moins voûtées.» 

Mon avis (sans spoiler) :

Avant de poursuivre plus en avant, je me dois de te prévenir que ce roman est un concentré d’émotions, une pépite de sentiments, de la tristesse à la joie, de la colère au pardon.

J’ai ouvert ce livre et... je ne l’ai plus refermé, emportée par l’histoire tragique de Kacey, qu’on retrouve quatre ans après l’accident qui a tué quatre des personnes les plus chères à son cœur. C’est une jeune femme brisée, une coquille vide, rongée par la colère et la culpabilité, qui tente malgré tout de tenir le coup pour sa petite sœur, Livie.

C’est ainsi qu’elles arrivent à Miami, bien décidées à repartir de zéro mais pour Kacey, cela ne signifie pas s’ouvrir aux autres, bien au contraire. Enfin, c’est ce qu’elle pensait avant de rencontrer ses voisins, la pétillante Storm et sa fille Mia, et Trent, le mec parfait. Je n’en dirais pas plus pour ne rien dévoiler de l’intrigue, même si un élément très important se devine très facilement, trop facilement, gâchant un peu la révélation.

Malgré tout, j’ai aimé la plume de K.A. Tucker, sa façon d’aborder le deuil, l’empathie et la culpabilité du survivant. Les personnages sont attachants, même si certains sont un peu clichés et la fin est un peu abracadabrante mais ça n’a pas gâché ma lecture.

C’est presque un coup de cœur, il ne m’aura vraiment pas manqué grand-chose, peut-être un peu de réalisme sur la fin pour que ce livre se classe parmi mes préférés.

Cette série se poursuit par deux autres tomes, centrés sur d’autres personnages, mais je ne pense pas les lire car je n’adhère en général pas à ces suites qui n’en sont pas vraiment. Ce tome se suffit pour moi à lui-seul et je préfère rester sur cette bonne impression.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Ce sont les personnages de Kacey et de Trent qui ont monopolisé mon attention. J’ai trouvé Livie un peu fade, Storm un peu trop cliché, tout comme Ben, Nate et Tanner. Cain est la contradiction personnifiée, c’est très drôle !

Contrairement à ce que j’ai pu lire sur le net, j’ai apprécié Kacey. Au début du livre, elle se cache derrière une carapace en béton armé pour empêcher toute forme d’amitié ou d’amour autre que celui de Livie. Ça serait bien trop douloureux pour elle de perdre de nouvelles personnes. Elle souffre aussi d’un syndrome de stress post-traumatique jamais soigné. Elle survit plus qu’elle ne vit, se concentrant sur Livie. Et petit à petit, elle s’ouvre aux autres, découvrant que les gens peuvent agir pour elle de façon désintéressée, se soucier d’elle, sans rapport avec son passé. J’ai aimé assister à son évolution, voir sa carapace se briser, la voir renaître à la vie grâce à l’aide de ses amis.

Et justement, c’est la mission que s’est donnée Trent. Etouffé par la culpabilité, il n’a qu’une idée en tête : rendre Kacey heureuse. Quitte à lui mentir, à enfreindre les règles de sa thérapie. Du petit ami parfait, trop parfait, il devient un indésirable. Pourtant, je n’ai jamais réussi à le haïr, peut-être parce que j’avais deviné depuis un bon moment sa véritable identité. Seule Kacey n’a pas su ou voulu s’en rendre compte avant que les choses n’aillent trop loin. La douleur de Trent est aussi palpable que celle de Kacey, peut-être même plus car la jeune fille en veut à mort à Cole alors que Trent ne peut en vouloir qu’à lui-même...

Vu le traumatisme qu’ont subi ces deux personnages, il est absolument impossible que la thérapie de Kacey, aussi spéciale soit-elle, ne dure que deux mois. C’est ce qui a émoussé mon intérêt pour le roman. J’aurais préféré des évènements plus réalistes. Une thérapie plus longue. Une colère redoublée contre Trent, pour aboutir à un pardon d’autant plus précieux qu’il aura été douloureux. Cette fin est juste trop facile, trop parfaite, trop simple. Plus de problèmes d’argent pour personne, plus de problèmes psychologiques, tout est bien qui finit bien.

Après tout ce que K.A. Tucker m’a fait vivre, j’aurais préféré plus d’intensité sur la fin et non un happy end digne des bisounours.

 

Et toi Ami Lecteur, qu'en penses-tu? Es-tu prêt à guérir du TSPT?

Dis-le moi en commentaire.