réseauxRéseau(x), tome 1 de Vincent Villeminot

Editions: Nathan

417 pages

Paru le 12 septembre 2013

Aperçu : Sur les réseaux, tout le monde pense connaître tout le monde. Tout le monde aime, surveille, espionne tout le monde. Mais désormais, une guerre est déclenchée, sur le web et dans le monde réel. Et Sixie, 15 ans, est l'enjeu, le butin, le gibier de tous les combattants...

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : J'ai été un peu perdue dans le Réseau...

Ma note: 6/10

La citation qui résume tout : "Play It For Real." 

Mon avis (sans spoiler) :

Autant aller droit au but: je ne sais pas si j'ai aimé Réseau(x) ou non. C'est pourtant un roman original qui sous forme de thriller met en garde contre les dangers des réseaux sociaux avec une galerie de personnages hauts en couleur.

C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles je suis assez mitigée. Les personnages sont très nombreux et le début de l'histoire nous les présente indépendamment les uns des autres, ce qui est assez long et confus mais nécessaire quand on fait intervenir autant de personnalités différentes et n'ayant rien à voir les uns avec les autres. Par conséquent, j'ai attendu avec impatience le moment où ils se rejoindront dans une histoire commune, même si le personnage de Sixie ne manque pas d'intérêt grâce (ou à cause de) à son "don" exceptionnel. Je me suis posé beaucoup de questions sur ses capacités et sur la convoitise qu'exerce la jeune fille sur les autres personnages du roman qui semble tous graviter autour d'elle. Ce qui me chagrine, c'est que même si les personnages sont bien travaillés, je n'ai pas ressenti d'empathie ou d'identification pour aucun d'entre eux, et suis donc restée simple spectatrice au lieu d'être aspirée par le récit.

Pourtant, petit à petit, l'action prend le pas sur la description et le lecteur se retrouve entrainé dans une spirale de tirs croisés, mensonges, trahisons et faux-semblants dont on veut absolument connaitre l'issue, et c'est cette attente qui a maintenu mon intérêt pour le livre. La fin apporte un certain nombre de réponses tout en laissant le destin de certains personnages en suspens. 

Au final, même si ce roman est classé "Jeunesse", probablement à cause de l'âge de l'héroïne, il ne me parait pas vraiment adressé à un jeune public car c'est quand même assez violent. Ceci dit, ce livre a le mérite d'aborder le sujet délicat des dérives d'internet et des réseaux sociaux où la notion d'intimité n'existe plus. C'est, selon moi, le meilleur point du livre.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers !

 

Mes commentaires non censurés :

Le sujet du roman avait de quoi me passionner, d'ailleurs c'est exactement ce que je me suis dit en découvrant la quatrième de couverture, et pourtant je n'ai pas appâtée... Pourquoi donc?

Cela tient sûrement au fait que certains personnages sont beaucoup trop caricaturaux. On retrouve ainsi le flic "borderline" atteint d'un cancer en phase terminale qui met sa vie en jeu pour sauver sa fille ou la jeune et jolie commissaire stagiaire douée mais qui se fait virer parce qu'elle est apparue en petite tenue à la télé. D'ailleurs c'est moi ou c'est un peu sexiste?

D'autre part, j'ai trouvé les deux intrigues (les snuff movies et la vengeance de Nada#1) un peu disproportionnées. C'est la révolution de César qui est le fil conducteur du roman, le cas des films n'étant abordé que par petites touches avant de trouver une résolution dans les dernières pages, un peu trop facilement d'ailleurs.

Et finalement le cas d'Antonio n'est pas vraiment réglé. Qui se faisait passer pour lui? Dans quel but? Comme il y a un second tome, j'imagine que cela y sera développé. Etant donné que la mort du jeune homme est due à une bavure policière, je ne vois pas qui aurait eu intérêt à ramener le sujet sur le tapis, sauf ses amis, ce qui n'est apparemment pas le cas.

Au-delà de ces points, j'ai pourtant aimé le "don" de Sixie, très original et les PIFR. J'ai également apprécié la morale sous jacente sur l'utilisation des réseaux sociaux. L'auteur ne nous dit jamais qu'il ne faut jamais y déballer toute sa vie mais il montre, par ce qui arrive à Sixie et à Alice, les dangers d'internet, laissant le lecteur en tirer ses propres conclusions. 

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.