une vie après l'autreUne vie après l'autre de Kate Atkinson

Editions: Grasset

515 pages

Paru le 14 janvier 2015

Aperçu : 11 février 1910 : Ursula Todd naît – et meurt aussitôt.
11 février 1910 : Ursula Todd naît – et meurt, quelques minutes plus tard, le cordon ombilical enroulé autour du cou.
11 février 1910 : Ursula Todd naît – le cordon ombilical menace de l’étouffer, mais cette fois le médecin est là pour le couper, et Ursula survit…
Ursula naîtra et mourra de nombreuses fois encore – à cinq ans, noyée ; à douze ans dans un accident domestique ; ou encore à vingt ans, dans un café de Munich, juste après avoir tiré sur Adolf Hitler et changé ainsi, peut-être, la face du monde…
Etablis dans un manoir bucolique du nom de Fox Corner, les Todd portent sur leur environnement le regard distancié, ironique et magnanime de ceux que les tragédies de l’Histoire épargnent. Hugh, le père, travaille à la City, tandis que Sylvie, la mère, reste à la maison et élève ses enfants à l’ancienne. Mais le temps, en la personne d’Ursula, va bientôt se détraquer, se décomposer en une myriade de destins possibles qui vont, chacun à sa manière, bouleverser celui de la famille…
Si l’on avait la possibilité de changer le cours de l’histoire, souhaiterions-nous vraiment le faire ?

Mon commentaire général : un bon roman qui aurait gagné à aller plus loin dans l'histoire alternative...

Ma note: 7/10

La citation qui résume tout : "Et si nous avions la chance de recommencer encore et encore jusqu'à ce que nous finissions par ne plus nous tromper?" 

Mon avis (sans spoiler) :

Une vie après l'autre est un roman surprenant. Même si on sait par avance que le récit répètera les mêmes éléments, il faut être sacrément attentif pour ne pas perdre le fil de l'histoire (ou des histoires).

Ce livre raconte la ou les vies d'Ursula Todd qui se réincarne à chacune de ses morts. Et elles sont nombreuses: noyade, étranglement, suicide, défenestration, battue à mort, bombardement... Rien n'est épargné à la pauvre Ursula. A chacune de ses nouvelles vies, Ursula a donc la possibilité de recommencer sa vie à zéro à partir de sa naissance et de "corriger" les erreurs de sa précédente existence par un violent sentiment de déjà-vu. Là où ça devient compliqué, c'est qu'il faut se rappeler, page après page, dans quelle existence on se trouve: Ursula a-t-elle vécu tel évènement ou était-ce dans la vie précédente? C'est donc un roman à lire au calme, en restant bien concentré (et en retenant quelques dates importantes pour ne pas perdre définitivement le fil - la date de naissance d'Ursula par exemple).

Le style est très bon, émaillé ci et là de petites réflexions drôles et pragmatiques sur la société, et les personnages, toute une galerie au fil des vies d'Ursula, vraiment bien travaillés. A part Ursula, qui m'a profondément touchée à plusieurs moments du récit, les personnages récurrents sont sa famille qui nous fait découvrir le quotidien d'une famille anglaise aisée pendant les deux guerres mondiales. Le vingtième siècle n'est pas ma période de l'Histoire de prédilection et pourtant j'ai beaucoup apprécié de découvrir un autre versant de ces années noires, à travers le regard des gens qui y ont vécu. C'est incroyablement bien documenté. Bravo!

A mon avis, le point négatif de ce roman vient du fait qu'à un certain moment, le récit tourne un peu en boucle. Ursula revit des expériences passées légèrement modifiées, sans que ça n'apporte rien d'un point de vue de l'histoire. On pourrait retirer une centaine de pages sans que ça nuise au récit. J'aurais aimé que l'auteure aille plus loin, qu'Ursula vive des choses complètement différentes ou que l'Histoire soit complètement réinventée au cours d'une des vies d'Ursula. L'idée de départ est vraiment bonne et si elle avait exploitée jusqu'au bout, le roman aurait pu être grandiose.

En résumé, c'est un bon roman, une belle plongée dans les années 1910-1945 mais il faut impérativement le lire d'une traite et au calme. A déconseiller donc aux personnes qui lisent plusieurs livres en même temps.

A savoir que ce livre sera suivi par un second roman, centré cette fois-ci sur Teddy, le frère d'Ursula (sortie prévue au Royaume-Uni en mai 2015). 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers !

 

Mes commentaires non censurés :

Comme je le disais plus haut, Une vie après l'autre aurait pu être inoubliable si Kate Atkinson avait poussé son idée un peu plus loin, en jouant un peu plus avec l'Histoire. J'ai ainsi beaucoup aimé le moment où Ursula réalise qu'elle peut se servir de ses souvenirs et ses impressions pour changer le cours de l'Histoire en assassinant Hitler. Même si j'aurais adoré voir la suite, comment le monde évoluait sans la deuxième guerre mondiale...

Pour moi, c'est dans cette direction que le récit aurait gagné en intérêt. En nous montrant des évènements qui ne sont jamais arrivés (ou peut-être que si, mais ils ont été modifiés par quelqu'un depuis...).

Par exemple: et si à cause de circonstances différentes, l'Allemagne avait gagné la deuxième guerre mondiale? On aurait pu suivre Ursula dans cet univers parallèle, imaginer les conséquences au niveau mondial. C'est d'autant plus dommage que Kate Atkinson en parle elle-même brièvement dans le récit et je me suis demandé pourquoi elle n'avait pas exploité cet élément.

C'est tout de même un bon roman mais je me suis ennuyée par moments, je ne saurais plus dire dans quelle vie parce qu'il y en a tellement... J'ai été très touchée par la vie où Ursula se fait avorter, tout comme celle où elle meurt sous les coups de son mari. Les émotions étaient saisissantes et j'ai vraiment tremblé pour elle. J'ai aimé découvrir la face cachée de la guerre, quand Ursula fait partie des secours ou mieux encore, quand Ursula vit en Allemagne. La rencontre avec Hitler est fantastique. Je me suis demandé si les détails de sa personnalité état corrects, si Eva Braun était réellement comme ça et ça, c'était un très bon passage du roman.

Au final, je suis un peu mitigée parce que j'ai ressenti de très fortes émotions ou une réelle fascination pour ma lecture à un moment donné puis un profond ennui vingt pages plus tard... C'est dommage.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.

challenge de l'imaginaire