Ami Lecteur, il s'agit ici de la chronique du troisième tome de la série Contes des Royaumes. Si tu n'as pas lu les deux autres tomes, ça risque donc de spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc au besoin à mes chroniques sur les tomes précédents: Poison et Charme.

 

beautéContes des Royaumes, tome 3 : Beauté  de Sarah Pinborough

Editions: Milady

221 pages

Paru le 23 Mai 2014

Aperçu : Cette fois, c'est l'histoire de la Belle au Bois Dormant qui va se prendre un petit coup de neuf ! Bien sûr, on y retrouvera tous les éléments classiques de ce conte (le beau prince, la terrible malédiction, la jeune fille endormie et le château hanté) mais de nouveau revus à la sauce moderne ! Toujours aussi drôle et sexy.

 

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : Beauté m'a complètement envoûtée!

Ma note: 9.5/10

La citation qui résume tout : "Avec toutes choses pour lesquelles on prétend qu'elles ne sont pas aussi mauvaises qu'il n'y parait, arrive, pour tout homme ou femme, un point de rupture." (traduction personnelle) 

Mon avis (sans spoiler) :

Ce troisième tome des Contes des Royaumes conclut cette trilogie en beauté (et c'est le cas de le dire!): c'est pour moi le meilleur de la série! Il regroupe les élements que j'avais aimé dans les précédents tomes sans les points négatifs. C'est, comme pour le reste de la série, sombre et violent mais romantique à la fois.

Les personnages sont ici beaucoup plus torturés. On apprend notamment à connaître davantage le chasseur et le prince qui sont les liens entre les trois tomes, puisqu'ils interviennent dans chacun des livres, leurs apparitions de plus en plus importantes au fur et à mesure des tomes. On plonge aussi dans l'histoire du petit Chaperon rouge, de la Belle au Bois Dormant et de Rapunzel...

Même si Beauté est chronologiquement le premier puisque l'action se situe avant Poison, il me semble indispensable de lire ces livres dans le sens voulu par l'auteure (Poison puis Charme et enfin Beauté) afin de ne pas gâcher la surprise des autres récits car des éléments de Charme notamment y sont discutés...

D'autre part, le style est toujours très bon et j'adore la façon qu'à Sarah Pinborough de mêler les contes, de les réinterpréter pour y apporter une touche de modernité sans oublier pour autant la magie et les sortilèges. Ces contes pour adultes permettent quand même de se replonger dans la féérie des histoires de notre enfance, tout en accédant à un nouveau niveau de lecture et de compréhension des motivations de tous les personnages (gentils, qui ne le sont pas entièrement, et méchants, qui ont souvent une bonne raison d'agir comme il le font).

J'ai purement et simplement dévoré ce court récit, sans réussir à le lâcher, car Beauté, encore plus que les autres tomes, est complètement addictif! C'est un bon gros coup de coeur!

coeur scintillant

 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers !

 

Mes commentaires non censurés :

Si j'ai adoré ce tome, c'est surtout parce qu'au-delà du dépoussiérage extrême qu'ont subi les contes de la Belle au Bois Dormant et de la Belle et la Bête, ce sont les personnages qui valent vraiment le détour.

Parlons tout d'abord du prince. Le jeune débauché du début du récit n'est plus que l'ombre de lui-même quand l'aventure se termine. Les horreurs que lui a fait subir la Bête resteront à jamais gravées dans sa mémoire, comme on le constate dans Poison et Charme, et du coup, je comprends mieux ses motivations. La liberté sexuelle de Blanche-Neige lui a rappelé sa mésaventure dans l'orgie de la Bête alors que son attraction magique pour Rose est un écho de son amour instantané pour Beauté. Finalement, il n'a vraiment pas de chances avec les femmes! Alors sans cautionner sa façon d'agir dans Poison et dans Charme, je comprends mieux. Il a regretté tout autant d'avoir réveillé Blanche-Neige que Beauté. Il est véritablement amoureux de Blanche-Neige mais il a tellement peur de revivre ce qu'il a ressenti avec Beauté qu'il préfère conserver sa belle endormie dans un cercueil de verre plutôt que de la laisser évoluer. C'est peut-être sa façon à lui de gérer un syndrome de stress post-traumatique...

Cependant, plus que le prince, c'est le chasseur qui a véritablement attiré mon attention. Dans Charme, on devinait déjà qu'il était davantage que le séducteur sous lequel il était présenté dans Poison mais c'est dans Beauté qu'il se dévoile complètement. Il a la tête sur les épaules mais il est en même temps romantique, rêvant de sa femme idéale. Il agit à l'instinct, ne juge pas les actions des autres mais analyse clairement la situation. C'est pour le moi le personnage le plus abouti de la trilogie (Lilith m'a déçue à la fin de Charme). J'ai particulièrement apprécié le clin d'oeil à sa transformation en rat dans Charme quand il s'interroge sur la situation de Toby, le loup-garou: "Il avait pitié de l'homme maudit, se demandant combien ça devait être terrible de passer une partie de sa vie emprisonné dans le corps d'un animal avec tous les besoins qui allaient avec. Il se fit la promesse silencieuse de ne jamais croiser le chemin d'une sorcière s'il pouvait l'éviter."

En refermant ce livre, j'éprouve un drôle de sentiment: j'en voudrais encore! Plus de revisites! Plus de dépoussiérages! Il reste encore tellement de contes. Il me semble que La petite Sirène et la Reine des Neiges ont aussi droit à leur modernisation, non? Sarah Pinborough, please...

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.