le cabinet du docteur blackLe cabinet du docteur Black de E.B. Hudspeth

Editions: Le Pré aux Clercs

192 pages

Paru le 25 septembre 2014

Aperçu : Fin 1870 à Philadelphie. L'étrange docteur Black, un chirurgien controversé, fils d'un pilleur de tombes, travaille dans son bureau à la lueur d'une lampe à huile. Il est l'auteur d'une étrange théorie qui fait frémir ses contemporains : le Minotaure, les satyres, les chimères, les harpies, les dragons, Pégase, les sirènes... seraient en fait des créatures de chair et de sang qui auraient vécu sur terre avant la race humaine. Ils ne seraient ni plus ni moins que nos ancêtres... Ce savant fou étaye son travail à l'aide de planches anatomiques absolument incroyables qui démontrent au fil des pages l'improbable parenté entre les squelettes humains et ceux d'un fabuleux bestiaire fantastique.

 

Mon commentaire général : Cauchemar ou réalité? Une plongée directe dans le macabre...

Ma note: 7/10

La citation qui résume tout : "Il croyait que les mutations étaient des manifestations de l'ancien temps [...] - la preuve d'un code génétique pas complètement éradiqué." (traduction personnelle) 

Mon avis (sans spoiler) :

Il est difficile de donner un avis sur l'étrange cabinet du docteur Black. Tout d'abord parce que sa construction n'a rien d'académique. 

Le livre commence par une biographie du docteur Spencer Black, expliquant comment ce médecin reconnu par ses pairs a tourné le dos à sa vie pour poursuivre ses travaux en toute clandestinité. Puis nous est présenté le Codex Extinct Animalia, véritable encyclopédie des espèces disparues, rédigé et illustré par le docteur Black. Cette deuxième partie, tout à fait non conventionnelle, se parcourt très vite et contient de très belles planches anatomiques des créatures mythologiques.

Je suis passée par toute une palette de sentiments lors de la lecture de cet ouvrage: de la curiosité au macabre, de la fascination au dégoût, sans pour autant réussir à lâcher ce court livre. Cela tient sûrement au fait que le récit nous fait plonger dans la folie ou l'obstination d'un homme, décidé coûte que coûte à prouver au monde entier que sa théorie de l'évolution est réelle. Malgré le macabre et l'horreur qui m'ont fait frémir pendant le récit, je voulais vraiment savoir jusqu'où le docteur pouvait aller. Ce qui est très troublant est que l'ouvrage n'est jamais présenté comme une fiction et que je tournais les pages en me disant: "vrai ou inventé?". En tout cas, bravo à l'auteur qui est un véritable artiste.

Au final, c'est une lecture dérangeante, heureusement très courte, mais qui fait s'interroger sur l'éthique de la médecine et de la recherche. Jusqu'où peut-on aller pour valider une théorie? L'expérimentation sur le vivant est-elle possible, surtout pour tenter d'annihiler des malformations léthales? Ou est la frontière entre l'expérimentation scientifique et la folie? 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers !

 

Mes commentaires non censurés :

Je crois que je me souviendrai longtemps du Cabinet du docteur Black, tellement les sentiments qu'il a provoqué chez moi sont monstrueux. Je suis passée d'un intérêt scientifique au début du récit à une fascination mêlée d'horreur pendant son étude de l'enfant-faon à une répugnance totale lors de ses expérimentations sur le vivant. Et la dernière partie de l'autobiographie est hallucinante: a-t-il expérimenté sur sa propre femme? Qu'est-il devenu? Autant de questions qui restent sans réponse.

L'étude du codex, pourtant constitué de très belles illustrations, m'a un peu déçue. Il faut dire que je n'y connais pas grand chose à l'anatomie. Si la description clinique des spécimens semble très réaliste, elle est très courte, beaucoup trop, et ne donne que des généralités. J'aurais aimé une illustration du spécimen tel que reçu afin de comprendre comment l'imagination d'un homme au bord de la folie a pu le prendre pour une créature mythologique mais aussi plus de détails dans les descriptions.

En tout cas, le Cabinet du docteur Black est un ouvrage vraiment exceptionnel, à mettre dans les mains des amateurs de beaux livres, férus d'anatomie et de créatures mythologiques.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.

challenge de l'imaginaire