nos faces cachéesNos Faces Cachées de Amy Harmon

Editions: Robert Laffont Collection R

436 pages

Paru le 22 janvier 2015

Aperçu : Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être... Nos faces cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire. L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...

 

 

 

Mon commentaire général : Moi aussi je suis passée par toutes les émotions: rire, tristesse, attendrissement, joie...

Ma note: 9/10

Les citations qui résument tout : "Tous ceux qui sont quelqu'un ne deviennent plus personne au moment où ils échouent","La victoire est dans le combat", "Peut-être que chacun d'entre nous représente une pièce du puzzle. Nous nous combinons tous ensemble pour créer cette expérience qu'on appelle la vie. Personne ne peut voir le rôle que nous jouons ou la manière dont tout se termine. Peut-être que les miracles que nous percevons sont juste la pointe de l'iceberg. Et peut-être que nous ne reconnaissons juste pas les bénédictions qui résultent de choses terribles." (traduction personnelle)

Mon avis (sans spoiler) :

J'ai tendance à me méfier des livres phénomènes dont tout le monde parle. Parce que mes attentes augmentent en conséquence et que je peux être déçue. Et avec tout le tapage qui a été fait autour de Nos Faces Cachées, j'étais sérieusement inquiète en commençant ce roman.

Que de questionnements pour rien! Ce livre est largement à la hauteur de sa réputation!

Avec un sujet pourtant largement abordé ailleurs (l'histoire de la jeune fille complexée amoureuse d'un garçon trop bien pour elle dont les seuls amis sont un handicapé et une fille magnifique, ça te rappelle sûrement d'autres histoires, non?), Amy Harmon a construit un récit délicat, plein d'émotions et de belles leçons de vies.

L'écriture est fluide, pleine de poésie, les mots bien choisis, parfois même bouleversants. Certaines phrases m'ont sérieusement fait réfléchir, d'autres m'ont tirées des larmes grosses comme des balles de tennis, d'autres m'ont fait rire.

Je me suis prise d'affection pour les trois personnages principaux. Fern m'a rappelée celle que j'étais au même âge, retranchée dans son monde imaginaire. Bailey est un petit soleil, plein d'optimimisme et d'humour. C'est souvent ses répliques qui m'ont fait éclater de rire. Et Ambrose, ah, Ambrose... Le jeune homme bien sous tous rapports, avec un coeur gros comme ça, qu'on a juste envie de prendre dans les bras pour lui dire que ça va aller...

Bien évidemment, il y a quand même quelques défauts.

Qui dit "Young Adult", petite ville américaine et fille du pasteur, sous-entend forcément qu'on va avoir droit aux clichés habituels sur l'amour universel, la chasteté et la rédemption. C'est vrai que j'ai parfois levé les yeux au ciel en soupirant bien fort. Mais la magie du récit a repris son cours et j'ai dévoré les 400 pages en un battement de cils.

En résumé, c'est un beau gros coup de coeur!

coeur scintillant

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers!

 

Mes commentaires non censurés :

Comme je le disais plus haut, ce récit a réussi à m'emporter malgré un manque évident d'originalité. Il était évident depuis la première ligne qu'Ambrose allait finir par remarquer l'existence de Fern. J'aurais d'ailleurs été sincèrement agacée si ça n'était arrivé qu'après qu'il ait été défiguré. Parce que je me serais dit qu'il prenait ce qu'il avait sous la main maintenant qu'il était moche. Amy Harmon a heureusement réussi à éviter ce raccourci pour nous raconter une belle histoire d'amour où l'apparence n'a pas vraiment d'importance, tant qu'on est capable de citer Shakespeare.

Ce que j'aimerais tout de même souligner, c'est l'abondance de clichés très convenus, qui sont ici particulièrement bien développés. As-tu remarqué que les deux couples qui avaient eu des relations sexuelles sans être mariés avaient fini par se retrouver avec un enfant sur les bras? Et oui, Marley et Rita sont toutes les deux tombées enceintes, à cause de leur légèreté. En résumé, le sexe c'est mal, ça ne sert qu'à avoir des enfants. Bouh, vade retro Satana... Pourtant il y a bien des préservatifs en vente à Hannah Lake. Rappelle toi de Bailey qui en demande une boîte à l'épicier peu de temps avant sa mort...

Tu remarqueras aussi que le seul qui envisage d'aller à l'université est un garçon. Que fait Fern? Elle tient la caisse dans un supermarché, la nuit. Que font Rita, la mère de Bailey ou la mère de Fern? On ne sait pas, rien apparemment... Les filles ne peuvent-elles pas avoir des ambitions? On ne dirait pas, non...

Bref, c'est un concentré de clichés qui m'embête un peu. Parce que ça serait dommage que les jeunes filles qui lisent ce genre d'ouvrages pensent qu'elles n'ont pas le droit à une carrière professionnelle ou à avoir des expériences sexuelles sans devoir se lier à vie avec leur premier petit ami.

Malgré tout, c'est quand même une belle histoire de tolérance, où l'apparence n'a rien à voir avec la valeur d'une personne. Je pense notamment à la dualité Ambrose/Becker, qui sont identiques en apparence mais diamétralement opposés en valeur humaine. Et ça, c'est une leçon qui mérite d'être racontée aux jeunes d'aujourd'hui, avec des mots qui les touchent plus que de longs discours de morale!

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.