Ami Lecteur, il s'agit ici de la chronique de la parodie de Cinquantes Nuances de Grey. Si tu n'as pas lu le livre original, ça risque de spoiler pour toi.  Je te renvoie donc à la fiche Livraddict de l'original, au besoin.

 

cinquantes nuisances dearl greyCinquantes Nuisances d'Earl Grey de Fanny Merkin

Editions: Milady

224 pages

Paru le 23 janvier 2015

Aperçu : Comme le hasard fait bien les choses, Anna, étudiante naïve aux mensurations idéales, a rencontré un homme incroyablement riche, divinement mystérieux, et délicieusement plus âgé qu’elle. Depuis, elle passe son temps à soupirer et à se mordre la lèvre inférieure. Surmonter les cinquante nuisances d’Earl Grey ne sera pas une mince affaire. Entre son admiration sans bornes pour le groupe Nickelback, son insupportable penchant pour le goût de la Bud Light et sa singulière addiction au BDSM (Bardes, Dragons, Sorcellerie et Magie), Anna n’est pas au bout de ses surprises... et vous non plus.

 

 

 

Mon commentaire général : Au moins, j'ai beaucoup ri!

Ma note: 5/10

Les citations qui résument tout : «Comme vous le savez, c'est un sadique. Un sociopathe égocentrique et contrôlant qui traite les femmes comme des objets pouvant être sexuellement et psychologiquement abusées.», «Il est juste trop beau pour pouvoir lui dire non. Je ne peux pas le quitter, même si j'essayais. Surtout parce qu'il me traquerait jusqu'au bout du monde, mais quand même.», (traduit par moi, j'ai eu du mal à choisir)

Mon avis (sans spoiler) :

Une parodie répond à des codes bien spécifiques. Il s'agit de tirer parti de la moindre faille du récit original pour en rire ou le tourner en ridicule. Autant dire tout de suite qu'avec Cinquantes Nuances de Grey, l'auteure de cette parodie a eu de la matière. Oui, je le clame haut et fort, je fais partie de la minorité qui n'a pas aimé Cinquantes Nuances de Grey. C'est mal écrit, l'héroïne est stupide, le style est désespérant, et si on enlève les scènes de sexe (qui ne m'ont fait aucun effet soit dit au passage, du au style d'écriture je pense), l'histoire tient sur un post-it. Sans parler du sujet de fond évidemment. Bref, je n'ai pas aimé, et visiblement Fanny Merkin a soulevé les mêmes défauts que moi puisqu'elle appuie exactement là où ça fait mal: une héroïne cruche au possible (elle ne savait pas ce qu'était un ascenceur avant de mettre les pieds à Seattle...), un milliardaire qui jette l'argent par les fenêtres et idolâtre Tom Cruise, du sexe à gogo, des dialogues creux et un style particulièrement lourdaud avec des répétitions à répétition ("Il prend le contrôle des contrôles comme l'homme contrôlant qu'il est").

L'histoire suit à la lettre la trame du roman original (avec quelques incursions des tomes 2 et 3), en ajoutant cependant quelques scènes bonus et des références tout sauf subtiles à Twilight, qui rappelons-le est le roman d'inspiration de E.L. James (eh oui!) et en prend du coup plein les dents. Fanny Merkin a aussi saupoudré quelques vannes pour Beyoncé, les Black Eyed peas, Nickelback...

Je n'attendais pas grand chose de cette parodie, et au final, j'ai bien rigolé. Au moins, ici, le but est de nous faire lever les yeux au ciel en poussant le bouchon beaucoup trop loin. Et ça marche!

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers!

 

Mes commentaires non censurés :

Dans Cinquantes Nuisances d'Earl Grey, il est impossible de s'attacher à un seul des personnages, et c'est exactement le but recherché. Fanny Merkin a poussé au maximum les caractères des personnages originaux pour les tourner en ridicule.

Earl Grey est ainsi typiquement un milliardaire en mal de distraction qui peut acheter une entreprise par un clic sur son Blackberry ou tirer au bazooka sur uen voiture qui le suit. Son enfance malheureuse est allègrement moquée, tout comme son penchant pour le BDSM (Bardes, Dragons, Sorcellerie et Magie). Il est égocentrique et fait franchement flipper par sa façon de fliquer Anna. Ce qui est exactement le cas de Christian Grey. 

Anna Steal - transfuge d'Anastasia Steele - est une jeune fille demeurée qui ne sait pas quoi faire de sa vie. Elle se lance dans cette relation que je n'appellerai volontairement pas de l'amour avec Earl Grey, se laissant porter par les désirs extravagants de cette homme tout simplement parce qu'il est beau et riche.

J'ai également beaucoup aimé le copain Jin et son amour pour les My Little Pony et Data, l'homme à tout faire d'Earl Grey.

En résumé, Fanny Merkin a mis en évidence un point capital de l'histoire originale: ce n'est PAS une histoire d'amour. C'est une histoire de désir et de soumission où une jeune fille naïve se laisse embrigader par un homme influent. Il n'y a rien de romantique là-dedans, bien au contraire! Ici, on en rit, au contraire de Cinquantes Nuances de Grey qui nous ferait passer une relation malsaine pour le summum du bonheur. Euh... Pardon?

Et si tu veux lire une chronique très bien écrite (et qui résume parfaitement ce que je pense, en plus) de Cinquantes Nuances de Grey, je te renvoie vers le blog de Tari.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.