couv70309869La Voleuse de Livres de Markus Zusak

Editions: Pocket Jeunesse

632 pages

Paru en mars 2007

Aperçu : Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est - ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres...

Mon commentaire général : Que d'émotions...

Ma note: 9/10

La citation qui résume tout : "comment la même chose pouvait être à la fois si laide et si magnifique, et ses mots et ses histoires si accablants et si étincelants"

Mon avis (sans spoiler) :

En lisant le résumé de ce roman, j'étais persuadée que j'allais détester. L'histoire d'une petite fille ordinaire dans la tourmente de l'Allemagne nazie n'avait a priori rien pour me séduire et j'ai tourné les premières pages en me demandant si j'allais finir ce livre. Quelle erreur! C'est un récit bourré d'humour (noir la plupart du temps), d'amour, d'émotions fortes, de larmes et de rires qu'il est extrêmement difficile de résumer.

La narratrice n'est autre que la Mort elle-même, qui s'est prise d'affection pour Liesel depuis qu'elle a emporté l'âme de son petit frère. Si la construction du récit m'a tout d'abord un peu perturbée à cause de digressions régulières, de flashbacks, d'avances rapides, j'ai fini par apprécier le ton particulier apporté par la présence récurrente de la Mort. J'ai regretté qu'elle m'annonce parfois à l'avance le destin de tel ou tel personnage mais j'ai adoré son style mordant.

Quant aux personnages, c'est une galerie haute en couleurs, de personnalités plus sympathiques les unes que les autres, même si évidemment j'ai eu mes deux chouchous, dont Liesel, qui m'a énormément touchée. J'aime les personnages comme ça, qui me font passer du rire aux larmes, une petite fille ordinaire avec son lot de malheurs et de bonheurs, qui essaie de tirer son épingle du jeu à une époque où la haine de son prochain est présentée comme la norme. Son père adoptif m'a aussi beaucoup émue par son courage et sa gentillesse.

J'ai beaucoup de mal à commenter la Voleuse de Livres parce que c'est un roman qui joue surtout sur le registre des émotions en nous montrant le quotidien de gens ordinaires confrontés à des choix difficiles et dangereux, où le courage est fait de petits actes qui peuvent sauver une vie.

Pour moi, c'est un beau Coup de Coeur, un livre à mettre entre toutes les mains, surtout dans les moments où il faut rappeler que la tolérance et le respect des autres, surtout de celui qui nous est différent, sont des composantes essentielles de l'humanité.

coeur scintillant

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés. Attention spoilers!

 

Mes commentaires non censurés :

Outre Liesel, j'ai été très touchée par Rudy. Son impétuosité cache en réalite un garçon sensible et très intelligent. personnellement, j'ai apprécié que Liesel et lui ne restent que des amis, même si leur amour est clairement visible entre les lignes. Je trouve qu'une romance aurait ajouté un côté tragique dont on peut tout à fait se passer. D'autant que du tragique, on en a déjà en pagaille.

Ceci dit, mon personnage préféré, c'est Max. Son histoire est bien évidemment dramatique, comme beaucoup des personnages de ce livre, mais ce qui m'a profondément touchée chez lui c'est sa gravité, sa façon de ne pas vouloir déranger, même au seuil de la mort, sa tristesse, son côté rêveur, et bien d'autres... C'est un personnage que je n'oublierai pas. J'ai adoré son combat imaginaire contre Hitler, l'encourageant quand il donnait une bonne raclée au dictateur. Mais ce que j'ai aimé par dessus tout c'est son récit L'Homme qui se penchait, le résumé le plus poétique de sa tragique vie ou une belle leçon de vie: dans chaque moment, même le plus tragique, quand on cherche bien, il y a toujours un peu de poésie...

J'ai eu peur qu'il ne soit mort dans ce camp de l'horreur, la scène de la marche vers Dachau étant l'une des plus émouvantes pour moi et j'ai poussé un "ouf" de soulagement quand il retrouve Liesel à la fin.

La Voleuse de Livres est un roman qui n'a l'air de rien, parfaitement inoffensif, mais qui m'a fait vivre des montagnes russes d'émotions et m'a liée pour un bon moment avec une petite fille, son papa accordéoniste et un boxeur Juif.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.

ABC2015