kushielKushiel, tome 1 : La marque de Jacqueline Carey,

Editions : Milady

959 pages

Paru le 24 Janvier 2014 (réédition)

Aperçu : Phèdre nô Delaunay a été vendue par sa mère alors qu'elle n'était qu'une enfant.
Habitant désormais la demeure d'un haut personnage de la noblesse, pour le moins énigmatique, elle y apprend l'histoire, la théologie, la politique et les langues étrangères, mais surtout...
les arts du plaisir.
Car elle possède un don unique, cruel et magnifique, faisant d'elle une espionne précieuse et la plus convoitée des courtisanes.
Rien ne paraît pourtant lui promettre un destin héroïque.
Or, lorsqu'elle découvre par hasard le complot qui pèse sur sa patrie, Terre d'Ange, elle n'a d'autre choix que de passer à l'action.
Commence alors pour elle une aventure épique et déchirante, semée d'embûches, qu'il lui faudra mener jusqu'au bout pour sauver son peuple.

 

Mon commentaire général : Je suis adepte!

La citation qui résume tout : "Celui qui se soumet n'est pas toujours faible"

Mon avis (sans spoiler) :

Au premier abord, ce roman peut faire peur. On ne se lance pas dans une récit de plus de 900 pages sans une certaine appréhension. Pourtant, je conseille de tout mon coeur de lire ce livre. Jacqueline Carey a réussi à créer un monde à part, tellement réaliste qu'on y croirait, "un roman historique contenant une histoire qui n'a jamais eu lieu" pour citer l'auteure elle-même.

Si j'ai eu un peu de mal à avancer jusqu'à la première moitié du livre, ça tient du fait que le contexte, les enjeux politiques, les moeurs de Terre d'Ange sont explicités dans cette partie et qu'il faut donc prendre son temps pour assimiler tous ces détails car c'est une histoire riche dans un monde pensé dans le moindre détail. Ensuite l'action se met en place et il m'a été très difficile d'arrêter ma lecture tellement j'étais prise dans les multiples rebondissements de l'intrigue.

Cette addiction au récit vient aussi de l'écriture. En effet, l'histoire est racontée du point de vue de Phèdre, a posteriori, sans qu'on sache combien de temps après les évènements, comme si elle nous racontait directement son histoire. Elle  lâche d'ailleurs quelques petits commentaires pour maintenir le suspens comme "je n'aurais pas dû faire cela", qui donnent juste envie de tourner les pages encore plus vite!

Les personnages sont surprenants et bien construits, aussi bien les personnages principaux que les secondaires. Personne n'est oublié et chacun a son utilité dans le récit. Chacun est complexe, ni tout blanc ni tout noir, et ça j'apprécie.

Il faut également signaler que le personnage central étant une courtisane, il y a un certain nombre de scènes de sexe. Pourtant, même si elles sont érotiques à souhait, il n'y a jamais rien de vulgaire ni de déplacé. Au contraire, chacune trouve sa place dans le récit même s'il peut devenir un peu lassant que la plupart des situations se résolvent par le sexe...

C'est une magnifique fable, avec de l'action, de l'amour, de l'humour, de la réflexion ("Aime comme tu l'entends"). Et pour cela, j'accorde bien volontiers un énorme coup de coeur!

coeur scintillant

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés. Attention spoilers!

Mes commentaires non censurés :

Si j'ai fondamentalement adoré cette histoire, ça tient à l'écriture, au monde créé par Jacqueline Carey mais surtout au couple Phèdre-Joscelin qui fonctionne à merveille. Leur interaction est tout simplement géniale. Lui est l'élément serein, protecteur et elle l'électron libre. J'adorais quand Phèdre se lançait dans un plan qui faisait dire à Joscelin "Je ne vais pas aimer...".Comme je l'ai dit plutôt, à un certain point, moi non plus je n'ai plus aimé. Toutes les situations ne peuvent pas se résoudre aussi simplement. Mais je suppose qu'avec une courtisane pour héroïne, ça devient indispensable pour qu'elle continue à être au coeur de l'histoire. Même si on peut aussi légitimement se demander comment une courtisane en arrive à sauver le royaume de Terre d'Ange...

J'ai aussi été un peu déçue par le passage sur le Maître du Détroit. Si tout le reste du récit est parfaitement crédible, on a ici un élément complètement fantastique, qui détonne dans l'histoire. Surtout quand une tête d'eau apparait sur la mer... J'ai trouvé ça dommage, jusque là j'y croyais dur comme fer... Hyacinthe est un des personnages que j'aimais un peu moins, peut-être parce que j'espérais de tout mon coeur que Phèdre finisse par remarquer que Joscelin n'agissait pas que pour se conformer à son sacro-saint serment. Par conséquent, je n'ai pas été triste du destin du Tsingano... Fouettez-moi si vous trouvez que j'exagère ;-)

J'aimerais bien également comprendre le lien entre Phèdre et Melisande. Je crois qu'il faudra que je lise les tomes suivants pour ça, et franchement, j'en ai bien envie!

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Oseras-tu faire la connaissance de Phèdre?

Dis-le-moi en commentaire.

 

ABC_Imaginaire_2015_v2 challenge de l'imaginaire