couv41649466L’épreuve : le Labyrinthe de James Dashner

Editions: Pocket Jeunesse

404 pages

Paru le 4 octobre 2012

Aperçu : Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d'enfants. Il s'agit d'une ferme située au centre d'un labyrinthe peuplé de monstres d'acier terrifiants. Les ados n'ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu'ils font là. Ils n'ont qu'un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les "coureurs" parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans – des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu'il veut être coureur et résoudre l'énigme du labyrinthe.

 

 

 

Mon commentaire général : C’est pas une lecture pour les Tocards !

Ma note: 8.5/10

La citation qui résume tout : « Notre vie entière tourne autour du Labyrinthe. Chaque seconde de notre putain de vie est consacrée au Labyrinthe, à résoudre une énigme qui n’a peut-être même pas de solution. »

Mon avis (sans spoiler) :

Ce premier tome de la trilogie « L’Epreuve » est totalement addictif : commencé et terminé dans la journée ! Quatre cents pages qui se tournent toute seules, sans voir le temps passer. Il faut dire que les chapitres sont courts et qu’à force de se dire « non, encore un chapitre et après j’arrête », on finit par arrêter quand il n’y a plus rien à lire !

Cette addiction tient au mystère qui enveloppe le récit : d’où viennent les garçons ? Pourquoi leur a-t’on effacé la mémoire ? Quel est le but du Labyrinthe ? Y a-t-il vraiment une échappatoire ?  Et plus j’avançais dans ma lecture, plus j’avais envie de savoir. C’est vraiment prenant ! Il y a également de l’action et des retournements de situation, un peu de violence, des morts, des monstres...

Au niveau des personnages, tous ne sont pas également travaillés. Il faut dire qu’il y en a un certain nombre, tout comme les occupations des garçons, qui ne sont pas toutes détaillées. C’est d’ailleurs une remarque générale que je pourrais faire. Le récit est souvent assez vague, les évènements racontés à posteriori, dans un style d’écriture plutôt direct qui ne s’embarrasse pas des détails. C’est parfait pour coller à l’action mais il m’a manqué un petit quelque chose pour vraiment me plonger dans cet univers et m’attacher aux personnages.

Pourtant, cela ne m’a pas empêchée d’enchainer les pages jusqu’à la dernière, dans une fin qui m’a estomaquée, en plusieurs rebondissements. Si le premier a failli me laisser sur ma faim, le dernier m’a immédiatement donné envie de lire la suite.

Au final, c’est une lecture passionnante, dont les défauts s’effacent au profit du contenu et de l’univers. Un beau coup de cœur !

 

coeur scintillant

 

Mes commentaires non censurés :

Tu l’as compris, j’ai adoré ce livre. Je n’aurais pas atomisé 404 pages en une journée si ce n’était pas le cas !

Revenons malgré tout sur les quelques points que j’ai moins apprécié.

Parlons tout d’abord des personnages. Le héros, c’est Thomas, sans conteste, Teresa est sa petite copine et Chuck est le gentil « petit frère ». Soit. Eh bien moi, je n’ai réussi à m’attacher à aucun de ces trois-là ! Thomas est toujours d’humeur égale, toujours prêt à jouer son rôle de héros sans se poser de questions. Ou alors c’est le récit façon « droit au but » qui donne cette impression. Personnellement, j’ai adoré Newt et Minho, que j’ai trouvés plus travaillés, plus complexes avec des accès de courage et des faiblesses, comme des adolescents normaux, et je crois que c’est ce qui fait que je les ai préférés. De façon générale, le style très direct ne m’a pas permis de développer des émotions. Je n’ai rien ressenti de particulier à chaque mort, même pas à celle de Chuck qui aurait pourtant dû me tirer des larmes... C’est dommage, j’ai l’impression d’être passée à côté de quelque chose.

D’autre part, j’ai toujours beaucoup de questions en refermant le livre. Quel est exactement le but de la WICKED ? Quel rôle doivent jouer les adolescents dans la lutte contre la Braise ? Pourquoi n’étudier que des garçons ? J’espère que les tomes suivants m’apporteront plus de réponses. D’ailleurs, je me suis sentie un peu déçue lors de l’évasion des jeunes du complexe de la WICKED. L’intervention des  « sauveurs » tombait un peu trop à point, c’était trop facile, ça ressemblait à une fin bâclée qui me retirait tout le plaisir de la lecture que je venais d’avoir... Et puis j’ai réalisé grâce à l’épilogue que c’était une ruse de la WICKED et j’ai senti l’espoir renaitre : c’est tellement tordu que ça laisse présager une suite forte en rebondissements... J’ai hâte !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.