rouge rubisRouge Rubis de Kerstin Gier

Editions: Milan

416 pages

Paru le 30 mars 2011

Aperçu : Elle est le Rubis, la douzième, l'ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret est révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps.
Gwendolyn est une lycéenne comme les autres. Bon, d'accord, elle voit des fantômes dans les couloirs de son lycée, mais d'abord elle n'en voit qu'un, et puis personne n'est parfait. Pour le reste, c'est le grand ordinaire, avec des profs barbants, une mère exigeante, des frères et soeurs casse-pieds..
Mais lorsqu'elle se retrouve soudain projetée au début du siècle dernier, Gwendolyn panique. Ça ne dure pas très longtemps, mais quand même! Elle qui se croyait banale s'avère être marquée du sceau des veilleurs du temps. De ceux qui voyagent à travers les âges pour accomplir de mystérieuses missions.
De quoi sortir du train-train quotidien..

Mon commentaire général : Lu tellement vite que j’ai dû faire un saut dans le futur entre la première et la dernière page...

Ma note: 8/10

La citation qui résume tout : « J’avais atterri à une autre époque. [...] Quelqu’un avait dû commettre une énorme bourde. »

Mon avis (sans spoiler) :

Au tout départ, j’étais assez mitigée. L’histoire commence lentement, les choses s’installent en douceur et on découvre les personnages un à un : Gwendolyn, adolescente un peu complexée par l’attention portée à sa cousine Charlotte, Leslie, la copine détective dans l’âme (je l’ai tout simplement adorée !), le prof Whitman qui fait soupirer toutes les élèves... Je me demandais d’où venait l’engouement pour cette histoire mais j’ai bien fait de m’accrocher, car à partir du premier saut dans le temps de Gwendolyn, on commence à entendre parler des secrets et mystères des Veilleurs, qui protègent les Voyageurs, et on ne peut plus lâcher le livre... D’autant que Gwendolyn se révèle à chaque page et qu’on sent arriver une petite romance (et tu sais que je suis une grande fleur bleue...).

Le style est fluide, l’histoire raconté du point de vue de Gwendolyn à la première personne. C’est vivant, ses pensées sont parfois hilarantes.

J’ai vraiment passé un bon moment.

Par contre, j’ai été tout simplement ahurie par la fin. J’ai l’impression que le récit a été coupé au milieu de l’histoire. Alors, oui, il y a un tome 2 (et même un tome 3), mais quand même ! Ça donne le sentiment que l’auteure était parvenue à son quota de pages (plus de 400) mais il manque une vraie conclusion.

Une petite déception au niveau de la fin mais sinon, une belle découverte !

 

Mes commentaires non-censurés :

Au final, quand on y réfléchit bien, on ne sait pas grand-chose (et tu sais que j’aime bien tout comprendre) : Comment les voyageurs voyagent-ils dans le temps ? Comment marche le chronographe ? Pourquoi les Voyageurs ne sont-ils que douze ? Comment le gène est-il apparu ?

C’est évidemment un premier tome et il remplit parfaitement son rôle d’introduction : les lieux, les personnages (même si certains sont un peu trop caricaturaux à mon goût, je pense à la tante Glenda), les mystères... Il y a même un petit twist avec l’apparition de Lucy et Paul et j’ai hâte de savoir ce qu’ils ont découvert et pourquoi ils ne peuvent rien dire (ce qui, s’ils agissent pour le bien, serait certainement plus efficace pour convaincre Gideon que de le menacer...). Pour autant, il reste beaucoup de zones d’ombres, comme si l’auteure avait écrit son récit sans savoir encore vraiment où elle voulait nous ammener.

Par contre, je lui tire mon chapeau ( ;-) )pour ses recherches sur les habitudes vestimentaires des siècles passés...

Bon, il n’y a plus qu’à se plonger dans « Bleu Saphir » maintenant...

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.