Ami Lecteur, cette critique concerne le tome 3 d’une série. Si tu n’as pas lu les deux premiers, ça va forcément spoiler pour toi... 

insaisissable 3

 Ne m’abandonne pas (Insaisissable, tome 3) de Tahereh Mafi

396 pages

Paru chez Michel Lafont le 27 mars 2014

Aperçu : Je suis insaisissable. Je veux t’appartenir. Je ne te fais pas confiance. Je m’en remets à toi. La terre tremble. Mon cœur aussi. Je leur serai fatale. Je te suis vitale. Le monde se meurt. Je meurs sans toi. Le Point Oméga a été détruit. La rébellion est écrasée et Juliette ignore si ses amis, ou même Adam, l’homme qu’elle aime, ont survécu. Sa volonté de renverser la dictature du Rétablissement n’en est que renforcée. Elle est prête à tout pour y parvenir, jusqu’à faire appel à son ennemi de toujours : Warner, le séduisant commandant du secteur 45. Tout les oppose, mais ils ne peuvent agir l’un sans l’autre, la survie de leur monde agonisant en dépend. Lui seul peut enseigner à Juliette comment maîtriser ses immenses pouvoirs… mais il attend d’elle bien plus encore.

 

 

 

Mon commentaire général : What the Fuck !

Mon avis (sans spoiler) :

Il aura fallu attendre presque un an pour connaitre la suite des aventures de Juliette. A la fin du tome 2, je me posais les questions suivantes : Juliette va-t-elle réussir à renverser le Rétablissement ? Juliette va-t-elle enfin choisir entre Adam et Warner ? La bonne nouvelle est que Tahereh Mafi y répond précisément dans ce tome final de la série. Aucune incertitude ne subsiste en refermant le livre. Premier bon point. Mais autant être honnête, je n’ai pas aimé la façon dont l’auteur nous apporte ces réponses

Pourquoi ?

D’une part parce que les décisions de l’héroïne sont facilitées par des retournements de situation presque invraisemblables. Pour faire court, les méchants ne sont pas vraiment méchants et les gentils ne sont pas vraiment gentils.  Un peu trop facile.

Ensuite, la fin est vraiment bâclée. Juliette développe soudainement des pouvoirs drôlement opportuns qui lui permettent de venir à bout de tous les vilains méchants sans trop de difficulté. Euh, retour en arrière. Dans le tome 2, elle arrivait à peine à maitriser ses pouvoirs et d’un coup d’un seul, la voilà un million de fois plus forte... Mouais...  Bizarrement, j’accroche pas. Pour moi, il manquait une bonne centaine de pages pour expliquer davantage la bataille finale et introduire ce qu’il va se passer après. Parce que la suite qu’on imagine est pour moi un peu tirée par les cheveux (j’y reviendrai plus en détail dans mon avis non-censuré).

Sinon, le talent d’écriture de Tahereh Mafi est toujours présent. Les émotions toujours à fleur de peau de l’héroïne se retrouvent parfaitement dans son style unique. Les mots sont toujours justes. Deuxième bon point de ce livre.

Troisième bon point, Juliette grandit. Elle n’est plus la petite chose fragile du début du premier tome (même si c’est justement ce qui m’a accrochée dans ce livre). Fini les « j’y arriverai pas », les « je suis bonne à rien ». On est passé au stade « Libérée, Délivrée » si je puis dire, sans la neige et les cheveux au vent (quoique...). Juliette prend enfin des décisions et se décide à faire quelque chose de sa vie et c’est rafraichissant !

J’ai également apprécié la relation d’amitié de Juliette avec un des autres personnages (pas de spoiler, on a dit). Leurs répliques étaient tordantes, je me suis bien amusée.

Mais globalement, malgré tous ces bons points, en refermant le livre, je me suis sentie déçue. Non pas que l’histoire soit finie, comme ça peut arriver avec le dernier tome d’une série, l’amertume de ne plus retrouver ces personnages qui nous ont fait vibrer. Mais plutôt parce que ça se finit de cette façon-là. Presque au milieu d’une scène. Quand je suis arrivée à la dernière ligne, je me suis dit : « Quoi ! Déjà ! Ça ne peut pas finir comme ça !». Et ben si... D’où mon commentaire général.

Bien évidemment, tout ceci n’engage que moi et je t’invite comme toujours, Ami Lecteur, à te faire ta propre opinion.

Et si tu n’as pas lu le livre (et que tu souhaites le lire sans révélations), arrête-toi là ! Parce que là commence mon avis non censuré.

Tu es sûr ? Certain ?

Alors c’est parti...

 

Mon avis complet (non censuré, avec spoiler cette fois !) :

Comme je le disais, le livre commence le lendemain des évènements de la fin du deuxième tome. Garde cette information en tête, Ami Lecteur, parce qu’elle est déterminante. Rappelons-nous : dans « Ne m’échappe pas », Juliette a rompu avec Adam parce qu’elle ne peut pas le toucher sans le blesser et qu’elle ressent une attirance sexuelle non-dissimulée pour Warner. Elle a également conscience que ses pouvoirs sont en train de grandir et qu’ils semblent spectaculaires. OK. Jusque-là, on suit bien.

Commençons par jouer les midinettes et analysons l’intrigue amoureuse. Parce que, il faut bien l’avouer, c’est une des raisons principales qui m’ont attirée vers ce bouquin (oui, je sais, c’est plus de mon âge, mais j’assume !)

Lorsque Juliette se réveille dans la chambre de Warner et qu’il lui apprend que le Point Oméga a été détruit, Juliette est bouleversée. Ils pensent tous deux qu’aucun de ses amis n’a survécu. Première pensée de Juliette : Oh mon Dieu, Adam est mort, je vais me désintégrer de chagrin (La vie sans Adam, Adam n’est plus là). Warner promet de l’emmener sur le site du désastre pour qu’elle se rende bien compte par elle-même qu’il ne lui ment pas et commence à lui déballer sa vie. En fait, il n’est pas méchant, Warner, il est juste incompris... Tout ce qu’il a fait a été mal interprété...  Dans le tome 1, la nourriture, les vêtements, l’enfermement, l’épreuve avec le petit garçon, Juliette a tout compris de travers. Alors soit elle est vraiment sotte, soit c’est nous qu’on prend pour des idiots... Bon, passons.  

Ami Lecteur (Lectrice), je suppose que tu es comme moi et que tu attendais avec impatience les retrouvailles de Juliette et d’Adam. Qu’en as-tu pensé ? Que ça retombe comme un soufflé ? Oui, c’est aussi mon avis. On se rappelle, Adam est son Premier Amour mais Juliette ne saute pas pour autant au plafond quand elle le revoie, quand elle apprend qu’il est vivant...  Même Kenji s’en rend compte. Je n’ai pas compris. Cette froideur qu’il y a entre eux est tout simplement inconcevable. Je répète, ils croyaient tous les deux que l’autre était mort, n’est-ce pas. Et j’avoue, je comprends qu’Adam soit déboussolé et qu’il se demande si Warner n’a pas fait subir un lavage de cerveau à Juliette... Impression qui se confirme quand Warner les retrouve  et que Juliette n’a d’yeux que pour lui... Je comprends également qu’Adam ait piqué sa crise mais je trouve quand même que son retournement de personnalité arrive à point nommé. A un tel niveau, il faudrait même parler de personnalités multiples... Juliette n’arrive pas à choisir entre les deux mais les circonstances facilitent drôlement son choix : Warner n’a jamais voulu que son bien et Adam est un gros colérique/jaloux/emmerdeur... Mouais, j’y crois toujours pas...

Ce que je crois par contre, c’est qu’il était prévu que Juliette finisse avec Warner et qu’il fallait bien trouver un moyen d’y parvenir... Procédé un peu grossier,  à mon avis.  Je crois que le passage le plus ridicule est celui pages 192-193 où Juliette justifie son choix en disant que son amour pour Adam n’était en fait que pipi de chat (pourquoi donc nous rabattre les oreilles avec ça jusqu’au début de ce bouquin ?) mais juste un moyen de la rapprocher de Warner (rapport au tatouage d’Adam et tout ça...) Si quelqu’un veut bien m’expliquer... Suffisait de dire : non je choisis Warner, Adam me casse les bonbons avec ses crises de jalousie toutes les cinq minutes, Warner est plus beau, il a un dressing de dingue, je préfère me caser avec lui. Là j’aurais compris.

Dans le reste du livre, alors que Juliette a enfin fait son choix, cette fois-ci, c’est Warner qui résiste. Alors qu’il la veut depuis le tome 1. Euh, Allô ? Y a quelqu’un ? Même si j’aurais préféré qu’elle se remette avec Adam, j’ai prié pour qu’il se passe enfin quelque chose avec l’un ou l’autre, Warner en l’occurrence. Il faudra attendre la page 312. La scène est merveilleusement bien décrite au passage, j’ai adoré.

Je passerai sur l’attirance soudaine et à point nommé d’Adam pour Alia, qui ne mérite même pas qu’on en parle...

Voilà pour l’histoire sentimentale.

Passons maintenant à la partie révolution/bataille/ renversement du Rétablissement.

Pour commencer, n’oublions pas que Warner est considéré comme un meurtrier et un hypocrite de première classe par tous les amis de Juliette. D’autant plus qu’il est le fils du Commandant Suprême.  Cela plante plutôt bien le décor. On se rappelle également que Warner s’est évadé du Point Oméga avant la bataille. Les amis de Juliette n’ont donc aucune raison de lui faire confiance. 

On se doute qu’il doit rester quelques survivants, sinon tout espoir de renversement d’Anderson est à oublier. Première bonne nouvelle, Kenji a survécu. Il est drôlement en colère de voir Juliette avec Warner (Eloigne-toi d’elle, espèce de Sac à Merde !). Deuxième bonne nouvelle, huit d’entre eux, dont Adam, James et Castle, ont survécu. Ils se sont tous réfugiés dans l’ancien appartement d’Adam et on se doute bien que c’est probablement le premier endroit où Anderson va venir les chercher si jamais il apprend qu’ils sont vivants. Pas étonnant qu’ils n’aient pas réussi à mener la révolution... Bref. Les retrouvailles sont émouvantes, les huit survivants sont brisés d’avoir perdu tant des leurs, Castle semble même devenu autiste.  Ils sont fous de rage envers Anderson mais ne voient plus comment poursuivre la bataille.

Cependant, il ne leur faudra que la caution de Juliette et la promesse d’une planque au sein de la base pour qu’ils acceptent de se battre aux côtés de Warner. Mais bien sûr !

Admettons.

Leur plan : prendre le contrôle du secteur 45 pour attirer Anderson sur leur terrain et le tuer. Bon, ça ne semble pas idiot. Par contre, et là arrête-moi tout de suite si je me trompe, mais le plan approuvé par tout le monde – j’insiste – c’est que Juliette, qui a 17 ans et était mentalement instable à peine quelques mois auparavant, deviendra Commandant Suprême à la place du Commandant Suprême... Sérieusement ?

Ensuite tout le monde s’entraine joyeusement dans la salle de sport de Warner. A quoi s’entrainent-ils ? On ne sait pas trop. Juliette apprend à maitriser ses pouvoirs avec Kenji, les autres, je ne sais pas.  Alia et Castle fabriquent une nouvelle combinaison pour Juliette, avec quel matériel ? On ne sait pas. D’ailleurs les personnages secondaires sont littéralement secondaires. S’ils n’étaient pas là, ça serait bien pareil... Castle était bien censé être le leader de la résistance dans les tomes précédents. Ici, il est complètement transparent. A se demander s’il a réussi à piquer lui aussi le pouvoir d’invisibilité de Kenji...

Le jour de la prise du secteur 45 arrive enfin. Quand je dis enfin, je parle de la page 334. Il reste 64 pages pour prendre le contrôle de la base, tuer Anderson et renverser toute l’armée. C’est là que j’ai commencé à me dire qu’il y avait quelque chose qui clochait... Castle, Brendan, Juliette et Kenji font une petite démonstration de leurs pouvoirs respectifs. Et cela suffit à convaincre tous les soldats de combattre avec eux. Invraisemblable, as-tu dit ? Oui, je suis d’accord. La réaction la plus logique aurait été que les militaires leur tirent purement et simplement dessus par peur de leurs facultés. Oui mais non...

Ceci dit, cela n’est rien à côté de la bataille finale qui n’en est pas vraiment une. Juliette, devenue indestructible bien opportunément, se débarrasse à elle-seule de la centaine de soldats qui protègent le bateau d’Anderson car elle peut maintenant résister aux balles (!!!), arrive à se défaire du « jouet » du Suprême et tue celui-ci. Voilà. C’est fini. Tu trouves que j’exagère ? Peut-être...

On ne sait pas ce qu’on fait les autres pendant ce temps-là. Ils sont tous vivants, Juliette se proclame le nouveau Commandant Suprême et le livre est fini. Excuse me ? Je dois être trop exigeante...

Enfin, parlons de la relation Warner-Adam.

La révélation choc  du tome 2, à savoir qu’Adam et Warner sont frères devait normalement avoir des conséquences dans le tome final de la série. Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais, mais certainement à plus que cinq pages sur le sujet. Warner découvre par hasard qu’Adam et James sont ses frères. Rappelons que Warner a tenté de tuer Adam dans le tome 1 et qu’ils se détestent. Adam fusille Warner du regard la quasi-totalité du livre. Pourtant, au moment de la révélation, ils ne se tapent pas dessus, ne s’engueulent pas mais s’acceptent mutuellement. Allez, on est frères, passons l’éponge... Tu as essayé de me tuer mais c’est pas grave, je t’aime quand même... Bof... Comprends-moi, Ami Lecteur,  j’ai l’impression d’être un peu roulée dans la farine. Les liens du sang, c’est bien beau, mais ça n’excuse pas tout.

En résumé, je suis contente que la série prenne fin, d’avoir les réponses à toutes les questions que je posais (même si ce n’était pas les réponses que j’attendais, j’accepte, c’est le jeu, ma pauvre Lucette). Que de chemin parcouru depuis l’ado à moitié folle du tome 1 ! Mais je reste profondément déçue : une fin bâclée, des retournements de situation invraisemblables, des personnages inexistants ou réécrits... C’est dommage, j’en attendais plus.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu'en as-tu pensé? As-tu apprécié la fin de cette série?

Dis-le moi en commentaire.